Nagarkot – Dulikhel – Namo Boudha

Nous sommes vraiment de gros chanceux ! Après une heure debout dans un bus surpeuplé, à monter des cols surplombants de magnifiques ravins, nous sommes heureux d’arriver à destination.

A la sortie du bus, nous rencontrons Ram, un jeune papi népalais, qui nous propose de loger chez une famille plutôt que de rester dans un hôtel assez cher.

On saute sur l’occasion. Après un peu plus de 30 minutes, on arrive chez Ram. Il nous présente sa famille et nous offre le thé. C’est une petite famille : sa femme, ses 2 filles, dont l’une est à l’université, et ses deux petits fils, qu’il a adopté car sa plus grande fille est décédée.

Ram travaille pour améliorer le tourisme au Népal et tient beaucoup à ce que les enfants soient scolarisés.

20170118_0007

Il nous parle un peu de la politique au Népal et on lui raconte comment on travaille à l’école. Ensuite, il nous emmène chez notre hôte, Kishor. Quand on arrive, il est en train d’aménager 2 nouveaux petits cabanons et nous propose même d’y passer la nuit, mais nous décidons de nous installer dans l’ancienne chambre, dans la maison.

 

 

20170118_0008C’est sommaire bien sûr, mais l’accueil est très chaleureux. Une fois nos affaires installées, nous sortons pour admirer les reflets du soleil couchant sur la chaîne de l’Himalaya. Kishor nous apporte même du thé pour qu’on se réchauffe. Une fois la nuit tombée, on retourne à notre chambre où l’on rencontre les enfants de la famille : Marika, Manish et Bibash. On leur montre comment faire du light painting et ils adorent !

 
Comme il fait assez froid, on rentre dans notre c20170118_0070hambre où on les invite à jouer aux cartes. C’est vraiment un moment qui restera mémorable. Quand Kishor revient, il nous allume un feu de camp, pendant que sa femme nous prépare le Dal-Bhat. La soirée autour du feu en compagnie de cette famille est l’un des meilleurs souvenirs qu’on gardera de notre voyage. Ce soir là on va se coucher très tôt car on doit se réveiller tôt pour admirer le lever du soleil sur les montagnes.

 

 

20170118_0101Le lendemain, le spectacle est époustouflant. Nous sommes seuls sur le flanc de cette colline. Il n’y a que les chants des oiseaux qui résonnent autour de nous. Le soleil apparaît peu à peu à notre droite et vient réchauffer la brume froide qui est tombée pendant la nuit. Au loin, les pics enneigés s’embrasent au contact des premiers rayons du soleil. On reste assis là un moment avant de prendre la route jusqu’au café que tient Kishor dans le village, pour prendre notre petit-déjeuner.

 

Le programme pour la journée : randonnée jusqu’à Dulikhel, à 20 km d’ici. Tout au long de notre marche les montagnes nous accompagnent. Nous avons là encore beaucoup de chance car le ciel est parfaitement dégagé, offrant au loin un superbe panorama sur la chaine de l’Himalaya.

panonagarkot

Pour se rendre à Dulikhel, on dispose d’une carte de la vallée, d’une boussole et, bien sûr, de la gentillesse des gens à qui on demande notre chemin. Les paysages sont uniques. Le vert des collines n’est interrompu que par le jaune des champs de moutarde, et l’ocre des chemins poussiéreux. Partout autour de nous, en contrebas, une fine brume enveloppe les collines et les cultures en terrasse sont omniprésentes.

20170118_0165

 

20170118_0184

Elles sont le seul signe que des gens vivent ici. On traverse de nombreux villages, très petits et peu peuplés, où l’on crois quelques vieillards assis au soleil et des enfants qui viennent nous saluer et se faire prendre en photo. Les conditions de vie sont sommaires mais les gens qui vivent ici semblent toutefois heureux. Ils vivent sobrement et s’accommodent de ce qu’ils ont. Nous sommes loin des préoccupations superficielles qui sévissent en Europe. Cette marche nous a vraiment montré une facette du Népal qu’on n’avait pas encore découverte.

20170118_0189

L’arrivée à Dulikhel est assez brutale car il s’agit d’un ville traversée par une très grande route. Nous marchons encore un petit moment pour arriver dans un B&B où passer la nuit.

L’établissement est tenu par un grand-père assez oppressant et désireux de faire du chiffre, mais la chambre fait l’affaire pour se remettre de cette journée. Le lendemain, nous avons 2 étapes : Namo Buddha et Panauti. Il n’y a pas grand-chose à dire du chemin jusqu’à Namo Buddha. On essaie la route principale où une jeune fille nous stoppe pour nous demander de payer pour l’emprunter ! On décide de faire marche arrière et de prendre un escalier que nous avions repéré à l’aller.

20170118_0001Nous avons bien fait car ce chemin passe à travers les bois au lieu de longer la route. Au bout du sentier, nous arrivons à Shanti Ban, un petit sanctuaire avec une imposante statue dorée de Boudha. Quelques escaliers de plus et nous nous trouvons dans une sorte de village entouré de ruines et désormais occupé par des militaire. Ce sont les dernières grosses structures que nous voyons : le reste de la randonnée se fait à travers les villages de campagne, les rizières et les champs de moutarde, jusqu’à Panauti.

 

20170118_0085
Monastère bouddhiste de Namo Boudha

20170118_0084

 

20170118_0102En chemin, nous passons par Sankhu, un village parsemé de magnifiques orangeraies, les oranges étant leur principale production. Un peu avant d’arriver à Panauti, un minibus scolaire nous propose de nous déposer dans la ville. Nous acceptons avec plaisir. c’est l’occasion pour nous de partager notre goûter avec les enfants. Ces deux journées loin de Katmandou ont été très enrichissantes mais c’est bientôt la rentrée et il est temps pour nous de retrouver la maison.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s