Accueil chaleureux chez Saru et Pramod

Voici finalement le deuxième article ! Il y a tellement à faire ici que nous avons du mal à trouver le temps pour le blog. Après notre périple en taxi à travers Katmandou, nous prenons un chemin de cailloux qui nous emmène dans les premières rues de Chapali. On est en fait à la périphérie de la capitale, mais dès qu’on sort des grandes routes, on n’a déjà plus l’impression d’être en ville.

Nous arrivons donc chez Saru, la directrice de l’école qui nous montre notre chambre et nous laisse le temps de nous installer : c’est le grand luxe pour le Népal. Chambre double avec étagères en bambou, et surtout, une salle de bain avec les toilettes à l’occidentale dans lesquelles il ne faut pas jeter le papier, et … un peu d’eau chaude ! La douche est en fait un pommeau et l’eau s’écoule dans la pièce-même à travers une grille.
Comme les maisons népalaises ne sont pas chauffées, il fait froid et la douche reste quand même une épreuve, surtout le soir où il fait autour de 8 ou 9 degrès.

20161209_0083

 

Bref, après avoir pris un peu de temps pour décharger nos affaires, on rejoint les autres bénévoles sur le toit de la maison qui fait office de terrasse : nous sommes 8 en tout à vivre dans la maison.

Nous racontons tous nos parcours et comment nous nous sommes retrouvés au Népal autour de quelques bières népalaises et de pop-corn préparé par Saru. L’ambiance est très chaleureuse. C’est une vraie petite famille qui habite ici et elle nous adopte immédiatement.

C’est à l’heure du dinner que nous rencontrons Pramod, le mari de Saru qui est aussi à l’origine du projet de l’école. Il nous a préparé des légumes à la népalaise avec des feuilles de moutarde, une plante qui se mange ici. Il faut savoir que Pramod est un excellent cuisinier qui a fait à manger pour des personnes assez connues en France.

20161210_0057
De gauche à droite : Lilla, Max, Quentin, John, Marion, Laura, Saru, Thomas et Pramod

C’est le ventre plein, dans nos polaires et nos chaussettes, que nous vivons notre première nuit ici. Emmitouflés dans notre couette, on n’a aucun mal à trouver le sommeil mais un peu plus tard, les aboiements des chiens et les hurlements des chacals nous réveillent : la nuit leur appartient. Ici, les chiens (kukur) sont considérés comme les protecteurs des hommes. On se dit qu’on a quand même bien fait d’apporter nos boules Qiès !

Finalement, avec le décalage horaire, la nuit fut courte. Mais quelques jours plus tard, on a pris le rythme et tout va bien !

Oh on allait presque oublier : la vue sur les montagnes depuis la terrasse est juste incroyable !

 

 

Publicités

Un commentaire sur « Accueil chaleureux chez Saru et Pramod »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s